Pauline Tardieu-Collinet
Traductrice de l'anglais vers le français

Née en 1986, je grandis dans la petite ville de Landrecies, dans le département du Nord.

J’étudie entre Lille, Paris et Dublin : classes préparatoires littéraires aux grandes écoles au lycée Faidherbe de Lille ; master d'anglais à Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et préparation de l’agrégation (obtenue en 2011) à l’École normale supérieure de la rue Ulm ; un an en échange Erasmus à Trinity College Dublin.

Après quelques années d’enseignement de l’anglais dans l’Éducation nationale, je me consacre à plein temps à la traduction littéraire de l’anglais vers le français à partir de 2016. Cette année est aussi marquée par la parution de mes premières traductions et par mon arrivée en Normandie, à Petit-Quevilly, près de Rouen.

J'intègre la promotion 2022 de l’École de traduction littéraire (ETL) du CNL-Asfored, ce qui sera l’occasion de belles rencontres et d’échanges passionnants. En 2023, je participe à la formation Animer un atelier Traducteur d'un jour organisée par ATLAS.

Je propose régulièrement des textes aux maisons d’édition. J’essaie, en tant que passeuse, de faire circuler des voix minoritaires, singulières ou décalées dans la langue dominante qu’est l’anglais. Et travaille au projet de traduire une langue plus rare, le portugais.

Au quotidien, je traduis ce qui signifie que je lis, j’interprète (les œuvres d’autres, telle une musicienne), j’écris, j’interroge (mes collègues, mes proches, des spécialistes en tous genres), je cherche, je mesure, j'essaie, je doute, j'ose, je tranche, je passe au « gueuloir » (comme Flaubert), je peaufine.

Je suis membre de l’Association des traducteurs littéraires de France (ATLF) et de l’Association pour la promotion de la traduction littéraire (ATLAS).

Je soutiens la professionnalisation du métier de traducteur·rice et l’obtention des droits qui en découlent.

Je m’efforce de lutter pour la défense de cette activité humaine et précieuse qu’est la traduction, notamment par le biais du collectif En chair et en os - Collectif pour une traduction humaine. Je soutiens les tribunes suivantes publiées en opposition à l’arrivée de l’« intelligence » artificielle dans la traduction et dans la création artistique et intellectuelle en général : Non à l’automatisation des métiers de l’art (STAA) ; IA et traduction littéraire : les traductrices et traducteurs exigent la transparence (ATLAS/ATLF).